Autodidacte avec un bac SMS, j’ai obtenu un MBA en Marketing Digital avec mention

SMS ce n’est pas un texto, ni un vulgaire acronyme inventé par des mauvais garçons… SMS, c’est pour Sciences Médico Sociales. C’est une filière qui forme des personnes à être au service de la population comme des infirmières, des éducateurs..

 

Un parcours que je n’ai pas décidé

Adolescente, je rêvais de devenir Styliste de Mode. Je dessinais mes croquis et j’avais créé mon nom de styliste “Ixèsos” ( pour so sexy). Il en va de soi que si je vous raconte cette histoire, c’est que mon parcours a été contrarié. Pour ma mère, il n’était pas bon pour moi que je devienne styliste. Celle-ci m’a mis en relation avec un contact lointain pour me dissuader d’en faire mon métier.

Un peu rebelle et Bretonne, mon premier coup a été d’exécuter mes menaces si ma mère me mettait en lycée privé où la profession de vos parents compte plus que vous même. J’ai redoublé pour aller ailleurs ! Et là étrangement je fus parti des bons élèves de cette section SMS : sanitaire et sociale.

Après le bac, le BTS. J’ai choisi une autre voie mais en faisant tous mes dossiers hors de Bretagne..Voilà ma première rébellion à un dessein qui n’était pas le mien.

Je suis partie de mon beau patelin de 1200 habitants dans les Côtes d’Armor pour la Jungle : Mairie de Saint-Ouen. Autant vous dire que j’ai croisé autant de monde au foyer de jeunes travailleurs en une journée qu’en un mois à Locquémeau City.

Et tout ça pour ça…

4 mois pour sortir du parcours scolaire

C’était Lille, Pau ou Paris pour faire ce fameux BTS Diététique. J’étais sur liste d’attente et j’ai été retenue quasiment à J-2 de la rentrée sur Paris.  C’est donc en Septembre 1998, que je me suis pointée au Lycée Rabelais, porte de Clignancourt face au marché aux puces.

Imaginez la tête de ma mère en laissant la dernière de la fratrie, toute petite avec ses yeux bleus dans les moins bons quartiers de Paris et de sa proche banlieue …. Il m’est arrivé en effet des histoires. Mais chaque histoire m’a rendue plus armée et plus dure. 

Mais surtout, il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que l’on ne peut pas aller contre sa volonté. Comment apprendre quelque chose que vous ne souhaitez pas  ? Petit à petit, ma motivation se rapprochait du zéro ! Et finalement, j’ai osé tout planter et ce sans rien dire à personne.

Apprendre à dire non et savoir ce que je veux

Forcément après avoir arrêté net d’aller en cours, il a fallu que je rassure un peu mes parents et qu’ils se fassent à cette idée. J’ai trouvé une formation d’assistante dentaire pour dépanner. Quelle aventure !  J’avais encore la chance d’avoir des yeux bleus et d’être placée ou exploitée dans un cabinet dentaire aux abords des Champs-Élysées. Ça claquait, seulement sur la géolocalisation. Je n’ai pas eu envie de rester là à servir d’assistante et d’être traitée comme de la M… J’ai claqué la porte.

Je me formerai moi même et je ferai ce que j‘ai envie

J’aime l’expression assez vulgaire qui dit qu’à un moment, il faut se sortir les doigts du C..  Je suis allée voir les agences d’intérim à Saint-Ouen au culot en disant : “voilà je suis à l’aise avec les ordinateurs”. J’avais fait de la saisie au kilomètre lors de ma scolarité en section SMS.

J’ai eu la chance de travailler comme opératrice de saisie chez Alstom, Cegetel. J’ai bénéficié de la confiance de l’agence.

Je n’ai jamais arrêté de dessiner ou de vouloir créer.  J’ai découvert Photoshop. J’ai acheté des premiers livres et “cracké” les logiciels hors de prix. Je me suis exercée. Fier de mes premières réalisations, j’ai proposé mes services dans des sociétés d’intérim spécialisées en Arts graphiques. 

Bingo, j’ai franchi le premier pas important de ma carrière. J’ai décroché une mission en tant qu’ Assistante PAO. PAO pour publication assistée par ordinateur. Essentiellement de la mise en page sur Powerpoint.

(Se) prouver que l’on peut en faire plus

Apprendre de nouvelles choses est une de mes motivations. Apprendre à apprendre et transmettre aujourd’hui sont de vrais plaisirs. Je me suis formée tout au long de mon parcours. A peu près tous les 5 ans, j’ai pu évoluer sur un nouveau poste.
J’ai rencontré des personnes qui ont vu en moi le potentiel.

C’est drôle de faire une rétrospective des jobs : 

Pendant ma scolarité : 

  • Vendeuse en boulangerie
  • Garde d’enfants
  • Élève surveillante

Puis : 

  • Manutentionnaire
  • Opératrice de saisie
  • Assistante PAO
  • Graphiste PAO
  • Infographiste
  • Webdesigner
  • Directrice artistique junior
  • Manager / Responsable webdesigner
  • Chef de projet multimédia
  • Campaign Manager
  • Responsable création graphique

Et le faux plan social est arrivé 😉 (petit apparté linchage)

Des étapes difficiles où il faut remonter en selle

Je parle de mes croyances personnelles quant à ma dernière expérience professionnelle ou plutôt à ma sortie d’une entreprise d’un grand groupe français.
Après avoir été ballotée de faux espoirs quant au maintien de la structure, il a fallu se recaser en interne. Pas simple avec mon profil. J’ai été replacée dans un service que j’appellerai un mouroir. Vous débarquez là, vous n’êtes pas là pour rester et on ne sait pas à quoi vous servez. On vous donne des missions qui font de vous une merde.. on ne vous aide pas, voire on vous demande d’avancer sans savoir. Bref, si vous ne l’avez pas compris, vous êtes là pour craquer, trouver un poste à l’extérieur et partir sans rien….

J’ai cherché des postes et j’ai capté que j’allais être bloquée par les jobboards.

A la question, quel est votre dernier diplôme obtenu ? Que répondriez-vous à ma place quand vous êtes autodidacte ?

En France, faut-il encore un diplôme ?

Je trouve ça incroyable que le diplôme ait autant d’importance en France. Le niveau scolaire devient de plus en plus faible et on cherche à créer encore plus de niveaux scolaires. Les derniers sondages montrent notre niveau à l’échelle européenne, on est dans les bons derniers 😉 Je ne comprends pas ce besoin d’avoir des diplômes quand ils ne valent plus grand chose. Aujourd’hui, on paie son diplôme. C’est malheureux mais c’est exactement ce qu’il se passe.

Je viens d’obtenir un diplôme avec mention, et … En suis-je fier ?  La seule chose qui me rende fier dans ce diplôme est d’avoir obtenu de bonnes notes sur des devoirs où il n’était pas possible de tricher. Pour le reste, vous pouvez tricher facilement et acheter des certifications.

J’ai mis 20 ans pour obtenir un bout de papier : diplômée d’un Master en Marketing Digital

Je suis créative et persévérante car j’ai appris tout au long de ma carrière.  C’est cela que devrait juger les recruteurs en premier lieu et pas une case “bac+5” 

Ce qui fait de moi cette personne, ce n’est pas ce papier  ou ledit papier.
Ce qui fait de moi cette personne, c’est ma singularité, mes talents et mes softskills !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp